Les étapes clés pour aménager ses combles

19/12/2017 Actualité

Besoin de plus d’espace ? D’une chambre supplémentaire ? Ou d’augmenter la valeur de votre bien grâce à des surfaces jusqu’ici inutilisées ? L’aménagement des combles constitue une réponse souvent judicieuse à toutes ces questions. A condition bien sur d’en posséder au-dessus de son bien. Et de respecter quelques étapes essentielles. 

Respecter la loi

Avant de se lancer dans des travaux, même intérieurs et donc supposément privatifs, il faut veiller à respecter la législation. Les renseignements sont à prendre auprès de votre mairie : elle vous précisera et vous orientera, en fonction de votre localisation, de votre projet, de sa superficie et des modifications souhaitées dans la toiture, sur la nature des autorisations à demander, qui vont de l’autorisation de travaux au permis de construire. Par ailleurs, dans une copropriété, il ne faut pas oublier d’informer le syndic… Et de vérifier que vous êtes bien propriétaire des combles ! Attention, une fois les travaux réalisés, vous devez déclarer aux impôts la nouvelle surface habitable, qui peut entrer dans le calcul des taxes foncière et d’habitation. Au passage, votre assurance habitation doit également prendre en compte cette nouvelle surface. 

Bien vérifier que l’opération soit pertinente

Avant de se lancer, il faut vraiment vérifier que l’opération vaille le « coût ». S’il s’agit de créer une pièce aveugle de quelques mètres cubes, basse de plafond et qui, en plus, va empiéter sur votre bien actuel en raison de la place dévolue à l’indispensable escalier, une réflexion s’impose. Rappelons qu’une surface habitable, au sens premier du terme, doit permettre de se tenir debout, à un endroit ou à un autre, et donc avoir une hauteur d’1,80 m. Mais il est aussi tout à fait possible de ménager des combles « décoratifs », pour donner par exemple de la hauteur sous plafond à l’une des pièces. 

S’assurer de l’ampleur réelle des travaux

Il est souvent utile de demander à un architecte de vérifier plusieurs points essentiels :

-          l’état de la charpente, pour des questions d’isolation (qui peut se faire par l’intérieur ou par l’extérieur),

-          l’état du plancher, pour être certain qu’il est en mesure de supporter le surpoids de vos futurs aménagements,

-          la nature des ouvertures (fenêtres de toit), qui peuvent nécessiter des autorisations administratives,

-          l’accès à vos futurs combles, ne serait-ce que pour pouvoir les meubler, mais surtout la place prise par l’escalier. Attention, si ce dernier est fixe, la superficie qu’il occupe au sol sera déduite de la superficie totale de votre bien. 

Bien définir votre projet

Là encore, la consultation d’un architecte peur vous aider à concevoir des combles dignes de ce nom, accessibles, cloisonnés, et chauffés. Quelle que soit la raison de ces travaux, ne négligez jamais qu’ils vont avoir un impact sur votre vie quotidienne pendant toute leur durée. 

Ne pas négliger les aides

Pour les travaux de couverture, l’ANAH (Agence nationale de l’habitat) octroie des aides. Des crédits d’impôts peuvent également être consentis pour des travaux d’isolation. Il serait dommage de ne pas bénéficier de ces quelques subsides, toujours bienvenus.