La connaissance du marché local : un des atouts maîtres des agences immobilières

25/10/2018 Actualité

Garanties professionnelles, connaissance du secteur et transparence transactionnelle sont les principales forces de l’agent immobilier. Alors pourquoi s’en priver ? Entre deux conférences au Salon national de l’immobilier, Henry Buzy-Cazaux, président de l’Institut du management des services immobiliers nous démontre les atouts des pros.

L’année dernière, le Salon national de l’immobilier a accueilli plus de 7 000 visiteurs. Le Salon est une bonne occasion de s’informer auprès d’experts, de recevoir des conseils personnalisés, avec des consultations individuelles gratuites sur les stands des exposants et de nombreuses conférences.
Parmi les conférences attendues, celle de Henry Buzy-Cazaux, président de l’Institut du management des services immobiliers (IMSI), qui propose tous les niveaux de formation des professions immobilières, du BTS au Master 2 : un expert de ce métier… dont beaucoup d’acquéreurs pensent encore pouvoir se passer ! « En France, une grande proportion de ménages achète sans passer par les professionnels : au moins 40 à 50 % », nous explique-t-il. « A l’inverse, aux Etats-Unis, ils sont 95 % à s’adresser à un pro». Les raisons sont à la fois économiques et culturelles : en France, il existe une certaine défiance vis-à-vis des intermédiaires dans tous les types de transactions.
Cependant, les choses sont peut-être en train de changer. « Le digital n’a pas fait baisser encore davantage la proportion de ventes conclues par le biais d’une agence, contrairement aux prévisions qui voyaient dans le net la mort des professions immobilières ; d’autant que les pros ont recouru au digital pour enrichir leurs services et ont su en profiter pour apporter de vraies valeurs ajoutées. On peut désormais proposer des visites virtuelles, des annonces enrichies de beaucoup de photos… Sur internet, l’espace ne coûte rien, contrairement au papier il y a 20 ans. Et grâce à ces nouveaux services, un ménage peut vraiment se projeter dans le bien».
Or, les professionnels ont acquis la maîtrise de ces nouveaux outils, et en ont une vaste palette à disposition… ce qui n’est pas forcément le cas des particuliers. « Faire un bon reportage photo, valorisant le bien, ce n’est pas si facile qu’on le croit… il y a beaucoup de photos ratées dans les annonces de particuliers ! » Mais ce n’est pas le seul avantage en faveur des agences.

 Une déontologie et une transparence

« Les professionnels sont soumis à des obligations strictes dans la rédaction des annonces comme dans les photos : la transparence dans l’outil commercial est très nettement supérieure à ce qu’on trouve sur le marché des particuliers », affirme Henry Buzy-Cazaux. Les images qui enrichissent les annonces doivent correspondre à la réalité et les descriptifs doivent être honnêtes. 

Une force de négociation

« On croit à tort que l’intérêt du professionnel est de vendre cher ; c’est faux, son intérêt… c’est de vendre ! » explique notre spécialiste. Un bon agent est donc enclin à « trouver le prix d’équilibre ». Celui-ci est le fruit d’une expérience, d’une connaissance du territoire, du bien. « L’agent immobilier a un logiciel professionnel mais aussi et surtout un logiciel personnel, une connaissance du marché local que le particulier n’a pas ! Aussi, contrairement à ce qu’on croit, on ne paie pas plus cher, mais plutôt moins, qu’en achetant à un particulier… et si on est vendeur, on vend plus vite ! »

Une transaction sécurisée

« Les professionnels sont habilités à faire les avant-contrats, à encaisser une indemnité d’immobilisation », rappelle Henri Buzy-Cazaux. « Un particulier ne peut pas sécuriser la transaction, il n’a pas le droit de demander un chèque non encaissé alors que le pro a un compte séquestre où il va déposer l’argent en toute sécurité. »

 Des possibilités de recours

« Quand une vente donne lieu à insatisfaction, qu’il y a un vice caché, un dysfonctionnement… le pro est obligatoirement couvert par une assurance en responsabilité civile donc il y a un recours ; contre un particulier il n’y a aucun recours, à moins d’apporter la preuve qu’il était au courant du vice caché… ce qui est très difficile ! ». Contrairement à un particulier, un professionnel s’engage sur les caractéristiques du bien et vous doit un dédommagement s’il y a un préjudice. Avec un particulier il faudra apporter la preuve qu’il était au courant du vice caché.

En résumé, les agents immobiliers ont pour eux l’expérience et la connaissance du marché, mais vous font aussi bénéficier d’une garantie financière, d’une assurance responsabilité civile, d’obligations d’information majorées par rapport à un particulier. Et, conclut notre spécialiste, « ils sont de plus en plus qualifiés, le niveau de formation dans ce métier s’élève ; les agents sont ainsi à même de répondre à la complexité croissante d’un marché dont les lois changent sans cesse ! »