La location longue durée investit le marché de l’art

24/10/2018 Actualité

Décorer le hall d’accueil de son siège social ou le show room de sa boutique fait désormais parti de l’incontournable de toute action commerciale. On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression ! Des designers aux décorateurs, les « coachs » se multiplient pour vous épauler dans cette mission. Il reste qu’une touche personnelle signe une vraie différence en termes d’images et de valeurs d’entreprise. Alors pourquoi ne pas s’intéresser à l’art ? Qu’il soit contemporain, moderne ou né dans la rue, faire l’acquisition d’une œuvre originale est aussi un moyen de réduire ses impôts. En effet les entreprises qui achètent des œuvres originales d'artistes vivants pour les exposer au public peuvent, dans certaines conditions, déduire le prix d'acquisition de leur résultat imposable. Les conditions ? Que l'entreprise s’engage à exposer l'œuvre d'art dans un lieu accessible gratuitement au public ou aux salariés, à l'exception de leurs bureaux, pendant 5 ans. En revanche, pas question de ne plus payer d’impôts ! La déduction est plafonnée et ne peut dépasser la limite de 5 ‰ (pour mille) du chiffre d'affaires hors taxe.

« Rentrer en charge d’exploitation 100 % des loyers »

Une limite qui ouvre la voie à une autre option : la location. Pour en savoir plus, nous sommes allés à la rencontre d’Alexandre Ivanov, patron d’Urban Capsul,qui propose aux entreprises des œuvres de Street-Art en location longue durée. Pour lui le constat est simple : « Dans toutes les sociétés il y a des choses accrochées au mur. Ça peut être un poster acheté chez IKEA ou un tableau qu’on a ramené de vacances. Et si c’était l’œuvre originale d’un artiste ? ». Pourquoi pas en effet, mais même limitée, la réduction fiscale demeure un atout non négligeable au moment de l’achat. Sans compter que l’œuvre peut prendre de la valeur et devenir un investissement judicieux.

Le créateur d’Urban Capsul n’est évidemment pas d’accord. « La location est plus intéressante. Tout d’abord parce qu’il n’y a pas d’efforts de trésorerie à faire, il y a un loyer qui est linéaire en fonction du contrat, mais pas de chèque à signer. La location va permettre de rentrer en charge d’exploitation 100 % des loyers. Donc de baisser le bénéfice et mécaniquement de diminuer l’impôt sur la société. » Cerise sur le gâteau : à terme il est même possible de lever l’option d’achat.