Une terrasse pour cet été... c'est le moment d'y penser !

03/11/2017 Actualité

C'est à la fin de l'hiver, quand les risques de gel sont écartés et qu'on peut commencer à travailler au jardin, qu'il faut commencer des travaux de terrassement. Même si vous n'avez qu'un petit budget, les solutions sont nombreuses pour rénover ou créer à peu de frais votre terrasse de rêve ! Petit panorama...

  • Pierres et terres cuites, le choix du roi
    Un matériau noble et durable, qui peut se poser selon différents schémas, mais qui reste assez onéreux, d'autant qu'il vaut mieux confier la mise en œuvre à un professionnel. Il devra faire une chape de béton, et retailler certaines pierres pour les adapter aux dimensions de votre terrasse. Comptez au moins 50 à 100€/m2 pour de la pierre naturelle, 40 à 60€/m2 pour de la terre cuite à haute température (indispensable en extérieur)
  • Pierres reconstituées, béton préfabriqué, faux bois... de bons imitateurs
    On trouve aujourd'hui des solutions modernes, pratiques et esthétiques, de haute technicité, pour bénéficier de l'aspect de la pierre naturelle, de la terre cuite, du béton ciré, ou même du bois, grâce à de simples dalles et carrelages. Dans tous les cas, l'entretien est très simple – nettoyage annuel avec un anti-mousse, et un simple coup de serpillère au quotidien !

-       La pierre reconstituée imite parfaitement la pierre naturelle, à un coût bien moindre (en moyenne 20 à 60€/m2 en mono format) et avec des contraintes de pose beaucoup plus légères ! Les dalles, constituées de matériaux naturels broyés, sont posées aussi facilement qu'un carrelage, résistent au gel et durent... un bon demi-siècle ! En plus, elles peuvent s'autoriser toutes les fantaisies de formats et motifs, puisque contrairement aux vraies pierres, les dalles de pierre reconstituée sont moylées.

-       Le béton pressé est solide, résiste à tout et reste très tendance. Il peut prendre l'aspect béton ciré ou brut, mais aussi pierre, bois, ou même... acier ! Il peut être lisse ou d'aspect structuré et se décline dans un très large éventail de formats et de coloris. Sa longévité est exemplaire et son prix accessible : à partir de 35€ le m2, hors pose.

-       Les carrelages en cérame brut ou émaillé sont les plus économiques (4 à 30€/m2, hors pose, en moyenne). Eux aussi peuvent prendre toutes sortes d'aspects, de la pierre au bois exotique en passant par le béton; ils se déclinent en tous formats et tous coloris, la pose est ultra-facile – même si, comme pour toutes les autres solutions, il faut évidemment ragréer le sol et de préférence, faire une chape, sauf si vous les posez directement sur une ancienne terrasse en carrelage à rénover ! Par contre la longévité est moindre qu'avec les solutions précédentes; les carrelages extérieurs sont bien sûr prévus pour résister aux températures très basses, à la pluie et aux intempéries, mais ils sont évidemment moins solides que du béton ou de la pierre !

  • Bois et composite, l'idéal pour faire soi-même
    Avec le bois, très tendance esthétiquement, la facilité de pose est assurée : pas besoin d'être un grand bricoleur pour faire sa terrasse soi-même, d'autant que la chape en béton ni même le ragréage ne sont indispensables !

- Trois solutions de pose facile : vous pouvez poser des caillebotis en bois (qui se présentent sous forme de dalles à emboîter les unes dans les autres)  directement sur le sol meuble, aplani avant, même s'il vaut toujours mieux prévoir un lit de graviers ou de sable. S'il s'agit de lames en bois (plus adaptées aux grandes surfaces), mieux vaut les assembler sur une structure de lambourdes fixées au sol (comme un plancher classique) : il suffit de les visser dessus. On peut aussi utiliser des plots réglables en hauteur : les angles des lames ou des caillebotis viennent s'encastrer dans les plots, et il suffit ensuite d'entourer la terrasse avec une rangée de lames posées verticalement pour cacher les plots. C'est plus simple qu'une structure en lambourdes, et permet, mieux que la pose au sol, d'obtenir un résultat régulier et esthétique tout en préservant le bois, l'eau étant bien drainée dessous. Enfin, en rénovation,  vous pouvez poser vos lames ou caillebotis très facilement sur une ancienne terrasse en pavés ou carrelage.

- Attention à la qualité du bois : l'essence doit être résistante et imputrescible, classée au moins en catégorie 4 (le classement des bois va de 1 à 5).  Si le bois n'est pas exotique (80 à 120€ selon les essences, voire plus cher pour certains) mais européen (pin, sapin, épicéa...) il sera moins onéreux (20 à 50€/m2 en moyenne, hors pose). Mais il devra impérativement être traité par autoclave (mise sous pression et sous vide) afin de résister aux intempéries. L'entretien des bois exotiques (teck, ipé, bangkirai, bambou...) est plus facile, car ils sont plus solides que les européens, mais il faut quand même les dégriser, démousser et huiler, ou les passer au saturateur, au moins une fois par an !

- Une alternative, le composite : moins cher (20 à 55€ environ) que les exotiques, beaucoup plus durable que n'importe quelle autre essence, le composite est constitué de fibres de bois et de PV, alliant l'aspect esthétique du bois à la résistance du plastique ! Il se présente et se pose exactement comme le "vrai" bois et contrairement à ce dernier, ne néessite aucun entretien, étant totalement imputrescible !

  • Et si vous pensiez... au "faux gazon" ?

Produit de déco original et décalé, le gazon synthétique imite de mieux en mieux le vrai, et se pose tout aussi facilement qu'une moquette, en rouleaux ou en dalles (entre 20 et 30€ le m2 hors pose) ! Il se décline même en couleurs, et sa résistance est assurée. Cette solution peut convenir aux très petites terrasses urbaines, dans une cour, un bout de jardin ou sur un balcon !