Actualité

Le problème du bruit dans les logements

C'est la première source d'insatisfaction dans le logement chez les Franciliens, et la troisième sur l'ensemble du territoire français1 ! Avec ou sans fête de la musique, comment chasser de sa maison ou de son appartement ce bruit qui peut vraiment nous gâcher la vie ?

D’après l’association Qualitel, qui œuvre depuis plusieurs décennies pour la qualité du logement, nos maisons et appartements sont des passoires à bruit et c'est un réel problème pour une majorité d'entre nous ; cela peut même représenter un sujet de conflit : un Français sur quatre aurait déjà connu des problèmes de voisinage à cause du bruit ! Celui-ci, source reconnue d'inconfort à partir de 85 dB, peut même s'avérer réellement dangereux pour la santé à partir de 120 et 130 dB (équivalent à un coup de tonnerre, coup de feu ou réacteur d’avion à moins de 100 mètres). Comment s'en prémunir efficacement ?

Identifiez l'origine du bruit

Avant d’entamer des travaux d’isolation phonique, commencez par trouver l'origine du bruit. Sachez qu'il existe deux types de transmissions des nuisances acoustiques, à travers l’air ou par la structure du bâtiment (mur, plancher, plafond, cloison, fenêtre…). Les bruits « aériens » peuvent être intérieurs ou extérieurs (télévision, conversation, chaîne Hi-Fi, trafic routier, etc.). Les bruits liés au bâtiment sont produits par des impacts sur celui-ci (pas, chutes d'objets, déplacements de meubles, objets traînés sur le sol...) ou par les équipements collectifs ou individuels (ascenseur, chaufferie, chasse d’eau…).

Dans les deux cas, le but d'une bonne isolation phonique sera d'absorber les ondes sonores, selon trois grands principes physiques :

  • la loi de masse, qui veut que plus un matériau est lourd, mieux il isole. À épaisseur égale, une cloison en béton sera ainsi plus efficace que si elle est en carreaux de plâtre,
  • l’effet « masse-ressort-masse », qui consiste à utiliser des parois doubles séparées par un espace rempli par exemple de laine minérale, très efficace pour absorber le bruit,
  • l’étanchéité, car le bruit emprunte le même circuit que l’air pour se propager.



Absorbez les ondes sonores

  • Si le problème vient surtout des bruits "aériens", il faudra privilégier l'isolation des cloisons extérieures et fenêtres. Pour ces dernières, un simple joint de calfeutrement, à acheter en magasin de bricolage pour quelques euros, peut déjà diminuer le bruit de 5 dB. Une réduction de seulement 3 dB donne l’impression à la personne concernée que le bruit a été diminué de moitié !
    • Si l’état des menuiseries le permet, il s’agit donc d’une première étape peu coûteuse et facile à mettre en œuvre.
    • Si l'état des fenêtres ou du dormant est mauvais, préférez les changer : optez pour de bonnes fenêtres en PVC, en bois ou en aluminium, et pour une isolation optimale, optez pour du double vitrage thermoacoustique, qui permet de réduire le bruit de 30 à 40 dB. Privilégiez le label Acotherm.
    • À savoir : pour présenter un intérêt acoustique (et non simplement thermique), le double vitrage doit nécessairement être asymétrique, c’est-à-dire que l’épaisseur et/ou la nature des deux verres employés pour le vitrage doivent être différentes. Le triple vitrage, en comparaison avec un double vitrage thermoacoustique, n’entraîne pas une diminution supplémentaire du bruit.

  • Si le problème vient de l'intérieur, il faudra doubler les planchers, plafonds, murs... Un professionnel peut vous aider dans votre démarche en sélectionnant les meilleurs matériaux (liège, plaque de plâtre, laine de verre, laine minérale). Vous pouvez opter pour une double isolation thermique et phonique à la fois écologique et efficace (voir notre article sur le sujet).
    • À savoir : certains travaux d'isolation phonique sont éligibles à des aides financières sous conditions (subventions de l’ANAH, crédit d’impôt développement durable). Enfin, n'hésitez pas à parler (calmement) à vos voisins trop bruyants, car la solution tient aussi à leur bonne volonté... et c'est l'option la plus économique !



1 Source Qualitel

À découvrir également
copropriété - L'appel de fonds
L'appel de fonds
Charges de copropriété, tantièmes, quote-part, appels de fonds travaux, appels exceptionnels, etc... Pas toujours facile de comprendre les appels de fonds quand on est copropriétaire. Pour comprendre l'appel de fonds dans son ensemble, Foncia vous a préparé une foire aux questions sur le sujet.Lire la suite
Un syndic peut-il empêcher le versement du prix de la vente d’un bien immobilier au vendeur ?
Un syndic de copropriété a la responsabilité juridique et financière de l’immeuble dont il assure la gestion. À ce titre, il bénéficie d’un droit d’opposition au versement du prix de vente d’un bien au vendeur, quand celui-ci n’est pas à jour du paiement de ses charges.Lire la suite