Copropriété

Qu'est-ce que le procès-verbal d'assemblée générale ?

Le procès verbal est le document relatant toutes les décisions prises par l’assemblée générale des copropriétaires. Il est l’élément fondamental permettant le fonctionnement de la copropriété.

Compte tenu de l’importance du procès verbal, la loi a prévu un certain formalisme prévu par l’article 17 al.1 du décret du 17 mars 1967, qui, à défaut d’être respecté, permet de le contester et ce faisant de remettre en cause les décisions prises.

Que doit contenir le procès-verbal d'AG pour ne pas être contesté ?

Le procès-verbal doit contenir :

  • La date de la convocation
  • Les questions figurant à l’ordre du jour
  • Les copropriétaires présents ou représentés
  • La date de la réunion et le lieu, l’heure d’ouverture et de clôture de séance

Le procès-verbal étant le document relatant les décisions prises, il est nécessaire que ce dernier mentionne précisément le souhait des copropriétaires. C’est la raison pour laquelle, il doit contenir pour chaque résolution les éléments suivants :

  • L’objet de chaque question
  • Le résultat du vote (avec impérativement le décompte des voix ainsi que la mention des opposants et abstentionnistes)

Quelles sont les sanctions de l’inobservation de ce formalisme ?

En effet, tout copropriétaire peut contester une assemblée générale si le formalisme du procès-verbal n’est pas respecté.

Plusieurs contestations sont possibles :

  • La contestation du procès verbal en raison de règles de formes impératives. Si le procès verbal n’est pas conforme c’est l’ensemble du procès verbal qui est frappé de nullité.
  • La contestation d’une résolution par un opposant. Si la résolution n’est pas conforme seule cette dernière est annulée.

Ainsi, il est nécessaire de notifier le procès-verbal par lettre recommandée avec avis de réception à tous les copropriétaires opposants ou défaillants lors de l’assemblée générale.

Pour éviter tout blocage de la copropriété, la contestation du procès verbal doit intervenir dans un délai de deux mois (article 42 al.2 de la loi du 10 juillet 1965 qui doit obligatoirement être mentionné au sein du procès verbal adressé aux opposants ou défaillants). Passé ce délai les décisions prises par l’assemblée générale sont opposables à tous les copropriétaires et deviennent définitives.

Pour faire courir le délai de contestation il est impératif de notifier le procès-verbal par lettre recommandée avec avis de réception aux copropriétaires opposants ou défaillants.

Par ailleurs, le procès-verbal doit être conservé au sein d’un registre en version originale. Ce registre constitue ainsi la mémoire de la résidence et permet d’avoir une vision des actions qui ont été réalisées sur une copropriété mais également des problématiques qu’elle a rencontrées.

À découvrir également
copropriété - L'appel de fonds
L'appel de fonds
Charges de copropriété, tantièmes, quote-part, appels de fonds travaux, appels exceptionnels, etc... Pas toujours facile de comprendre les appels de fonds quand on est copropriétaire. Pour comprendre l'appel de fonds dans son ensemble, Foncia vous a préparé une foire aux questions sur le sujet.Lire la suite
Un syndic peut-il empêcher le versement du prix de la vente d’un bien immobilier au vendeur ?
Un syndic de copropriété a la responsabilité juridique et financière de l’immeuble dont il assure la gestion. À ce titre, il bénéficie d’un droit d’opposition au versement du prix de vente d’un bien au vendeur, quand celui-ci n’est pas à jour du paiement de ses charges.Lire la suite