Emmanuelle Cosse, 3ème ministre du Logement depuis 2012

28/02/2017 Actualité

La secrétaire nationale d’Europe Ecologie Les Verts a quitté ses fonctions pour devenir ministre du Logement et de l’Habitat durable jeudi 11 février dernier. Si sa connaissance des dossiers immobiliers ne fait pas de doute, sa marge de manœuvre au sein du Gouvernement semble, elle, plus hypothétique.

Depuis le tweet de l’Elysée de jeudi 11 février dans l’après-midi annonçant la composition du Gouvernement Valls 3, Sylvia Pinel n’est plus ministre du Logement et de l’Egalité des Territoires. A sa place, c’est Emmanuelle Cosse, jusque-là secrétaire nationale d’EELV, et donc démissionnaire, qui occupe la fonction de ministre du Logement et de l’Habitat Durable. Première remarque, le ministère a changé de nom, peut-être parce que prétendre à l’égalité des territoires a peu de sens en matière d’immobilier – quelle égalité peut-il y avoir entre la situation de Paris intra-muros et celles de Dijon ou de Bourges ? -, mais plus certainement en raison de la couleur du parti politique d’origine de la nouvelle ministre, qui teinte désormais son maroquin.

L’inquiétude des professionnels de l’immobilier

Au-delà de la sémantique, si les professionnels de l’immobilier, dans leur très grande majorité, saluent le travail de Sylvia Pinel, ils savent aussi qu’Emmanuelle Cosse, à seulement 41 ans, ne fait pas figure de novice sur ces sujets. Cette ex-journaliste très marquée à gauche, militante puis présidente de l’association Act-Up, a également été pendant ces cinq dernières années vice-présidente chargée du Logement à la région Ile-de-France. Pour autant, ses prises de position lors de la dernière campagne pour les élections régionales ont inquiété le secteur.

Un appel à l’inaction ?

D’ailleurs, la plupart des aspérités de la première ministre du Logement de la présidence Hollande a été gommée : la loi ALUR a été largement recadrée, le plafonnement des loyers limité et pour l’heure réservé à Paris, le dispositif de défiscalisation repensé et même rebaptisé. Mieux, très récemment, la loi de Finances 2016 a inclut plusieurs mesures incitatives dont la relance du Prêt à Taux Zéro… Les effets ne sont pas encore visibles mais les conditions semblent réunies pour une vraie relance d’un secteur qui pèse lourd dans l’économie nationale. A moins de 16 mois des prochaines élections présidentielles, la marge de manœuvre d’Emmanuelle Cosse Semble limitée…