La maison de demain se pilote... sur smartphone !

20/04/2017 Actualité

On connaissait déjà les thermostats, volets roulants, alarmes connectés… Mais de plus en plus d’équipements domestiques se font interactifs, se reliant entre eux (machine to machine) pour piloter à distance, dans un futur proche, la maison toute entière. La preuve avec les plus récentes innovations connectées présentées à l’IFA de Berlin, du 2 au 7 septembre dernier.

C’est une évidence quand on se promène dans les allées de l’IFA, le plus grand salon annuel des nouveautés high tech, qui se déroule dans la capitale allemande : la maison devient de plus en plus intelligente… et nos smartphones deviennent des télécommandes universelles pour la piloter du bout des doigts ! On connaissait les serrures connectées, et bien elles se perfectionnent. Ainsi, le dernier modèle présenté par Vachette (ENTR) permet de déverrouiller la porte d’entrée grâce à son smartphone ou sa télécommande, grâce à un code, mais aussi grâce à la lecture de vos empreintes digitales. L’installation restant invisible à l’extérieur, et se réalisant sans perçage ni câblage, sans modification de la porte, ni de la serrure.

De la porte aux fenêtres… en passant par les thermostats

Une fois franchie la porte d’entrée de votre maison, des installations comme le Devolo Home Control, qui présentait pendant l’IFA 2016 sa nouvelle gamme de composants encastrables, permettent d’ores et déjà de tout relier : des prises électriques intelligentes aux interrupteurs muraux, des thermostats de radiateurs aux variateurs de lumière, en passant par les sirènes des systèmes d’alarme et les volets ou stores… Tous ces équipements peuvent désormais se connecter directement et sans fil, depuis l’Unité Centrale Home Control. Il est possible de coordonner plus de 232 composants via ce véritable hub : bien plus que nécessaire pour automatiser un large éventail d’opérations quotidiennes !

Régulation intelligente

D’autres fabricants comme Uponor (systèmes pour la plomberie, le chauffage, le rafraîchissement et le réseau enterré) développent des systèmes de régulation intelligente et connectée. Via l’application U@home pour smartphone, le système Smatrix d’Uponor permet de réguler sa température d’ambiance à distance, et d’activer le mode absent ou éco, en cas d’absence qui se prolonge, afin d’optimiser sa consommation d’énergie… et le confort de sa maison.

Les plantes et le frigo nous appellent au bureau…

Mais outre ces perfectionnements de systèmes domestiques connectés, de réelles innovations sur des objets de votre intérieur, se sont fait remarquer à l’IFA : ainsi, plusieurs fabricants (Bosch, Samsung, LG) ont présenté des réfrigérateurs connectés dernier cri, capables de vous alerter quand il faut les remplir, et d’envoyer directement sur votre smartphone l’image de leur contenu… et la liste des courses ! Dans un futur déjà présent, après avoir échangé avec votre réfrigérateur mécontent de rester vide, vous pourrez aussi vous faire réprimander par votre pot de fleurs assoiffé : Parrot, qui avait déjà mis au point l’année dernière le « Flower Power », une appli de jardinage numérique recensant 8000 plantes et leurs besoins, va désormais plus loin avec son pot connecté. Celui-ci dispose d’un réservoir d’eau de 2,2 litres, dans lequel il puise pour arroser la plante quand elle en a un besoin, mais aussi de quatre capteurs : l’un mesure le taux d’humidité de la terre, l’autre le taux d’engrais, un autre la température ambiante, un autre encore la luminosité. Avec tous ces paramètres, votre pot intelligent va déterminer la quantité d’eau dont votre plante a besoin, et enverra sur votre smartphone ou tablette son bulletin de santé quotidien, via votre connexion bluetooth ! En cas d’absence prolongée, bien sûr, il prendra soin de votre plante, récupérant l’humidité de la terre pour la recycler en eau d’arrosage… La même appli permet de contrôler jusqu’à 200 pots connectés ensemble… Certes, à 149 euros le pot, votre oasis domestique représentera alors une petite fortune…

Du boulot, on papote avec nos robots…

Les plantes de la maison ne sont pas les seules à bénéficier d’une appli connectée : au jardin, la tonte se fait prédictive avec des robots équipés d’applis ultra perfectionnées, comme le « Bosch Smart Gardening » : inutile de le programmer, c’est lui qui calcule le meilleur moment pour tondre le gazon. Cette appli innovante fonctionne grâce à la mise en place d’un algorithme complexe, qui prend en compte de nombreux paramètres, comme la température, les précipitations et l’humidité. Et quand vous aurez fini de lire sur votre smartphone le rapport de tonte envoyé par le robot de pelouse, vous pourrez commander le préchauffage de la soupe et son mixage sur votre nouveau Thermomix connecté, puis faire briller tous les sols de la maison avec les robots aspirateurs, voire même laveurs : le Braava Jet, un petit hybride entre serpillère et balai qui se glisse partout pour nettoyer et brosser les sols, même sous les meubles de cuisine, autour des lavabos et des toilettes, a fait sensation à l’IFA. Tandis que le tout nouveau Neato Botvac Connected ™ (799€), s’annonçait comme le premier robot aspirateur à pouvoir être contrôlé non seulement par smartphone, mais aussi via une montre connectée. Mais l’interactivité a un prix : l’entrée de gamme des robots connectés  se situe autour des 700 euros… contre 369 euros en moyenne  pour les robots anciennes générations. Cela en vaut-il vraiment la peine ?

Le ménage se fait à distance…

« Ce n’est pas un simple gadget », assure Cécile Sornay, directrice marketing chez Robopolis, distributeur exclusif sur le marché français du leader américain du marché et inventeur du concept des robots aspirateurs, I-Robot. L’internet des objets est une tendance forte, même les machines à café ou les robots de cuisine deviennent connectables : à terme, tous les équipements de la maison seront reliés entre eux. La plupart des gens ont un smartphone, toutes les marques ont donc intérêt à développer une fonction connectée ! En ce qui concerne un aspirateur ou un laveur de sol, cela a un double avantage : d’abord, cela apporte une grande simplicité d’utilisation : tout se fait via l’application, c’est ultra simple. Et d’où qu’on soit on peut lancer son robot. Vous êtes au bureau et des amis annoncent leur venue à l’improviste : vous préparez votre maison à distance. Vous êtes en voyage et vous rentrez chez vous après plusieurs semaines d’absence : vous programmez le dépoussiérage de toute la maison … et vous avez le plaisir de rentrer dans un intérieur tout propre. Je l’ai fait de New York, par exemple… et  mon aspirateur s’est mis en marche à Paris ! »

Avec la connexion, ces robots dernières générations acquièrent aussi des fonctionnalités supplémentaires. Ainsi, le Roomba 980, premier des iRobots à avoir été connecté, est aussi  le premier doté d’une caméra lui permettant de cartographier l’espace en temps réel : il optimise ainsi ses déplacements et gagne jusqu’à 2 heures d’autonomie. Si la fonction connectée se généralise, on peut s’attendre à une baisse rapide des prix : dès cet automne, le nouveau Roomba 666, identique à son prédécesseur hormis la fonction Carpet Boost (qui nettoie les tapis à fond), sera proposé à moins de 800 euros (contre 999 euros pour son prédécesseur).  Et le petit nettoyeur de sol Braava Jet est lancé au prix imbattable de 249 euros.

Maison  connectée, maison Big Brother ?

Face à toutes ces innovations, les Français restent quand même un peu craintif. Quand on leur demande si l’intrusion des objets connectés dans la sphère privée pourrait mettre à mal leur intimité… ils sont 52% à répondre oui (enquête réalisée par http://www.immobiliare-neuf.fr en Mai / Juin 2016 sur un panel de 1800 français.) Que notre intérieur se nettoie en notre absence, que nos chauffages se déclenchent, oui c’est un bonheur… mais que notre frigo sache tout de nous, et nous rappelle notre taux de cholestérol dès qu’on attrape la plaquette de beurre… on n’y tient pas vraiment !

A lire aussi

La maison connectée se conjugue au présent