Propriétaire ? Plus facile à deux !

28/02/2017 Actualité

La Saint-Valentin, un repas aux bougies, on déclare sa flamme et on décide de faire nid commun… Mais quand les amoureux se retrouvent chez le banquier, il arrive que leurs beaux rêves partent en fumée ! Pour mettre toutes les chances de votre côté, voici quelques conseils.

Vous venez de vous marier ou de vous pacser, vous débutez tous deux dans la vie active… et vous avez moins de trente-cinq ans : a priori, il va falloir batailler dur pour convaincre votre banquier de financer votre premier « home, sweet home ». Et pourtant… Ne désespérez pas : certes, la part des acquéreurs de moins de trente ans continue de diminuer, mais l’âge moyen des primo-accédants se situe quand même… à trente-trois ans. Et vous avez un atout supplémentaire : les banques se montrent moins exigeantes avec un couple qu’avec un célibataire – forcément, à deux, les risques sont partagés. D’ailleurs, 65% des jeunes qui empruntent le font en couple, selon l’étude récente d’un courtier en ligne.

Négociez.

Autre bonne nouvelle, selon un autre courtier : un jeune couple, aux yeux du banquier, c’est la promesse de crédits à la consommation, d’achats de voitures, de contrats d’assurances, de livrets d’épargne, de placements pour les enfants… Alors, pour attirer et retenir ces nouveaux clients plein d’avenir, les banques peuvent aller jusqu’à leur offrir une décote de 0,30 % sur le taux : n’hésitez pas à négocier !

Faites le tour des aides.

– Certaines peuvent être attribuées par les villes et les régions : pour connaître la liste des collectivités locales qui soutiennent l’accession à la propriété, allez sur www.anil.org.

– D’autres par votre employeur, si vous travaillez dans une entreprise de plus de vingt salariés : pensez alors à vous renseigner auprès du CE. Vous aurez peut-être droit à un prêt à taux préférentiel compris entre 8.000 et 15.000 €, en fonction de vos ressources et de votre ancienneté. Et si vous bénéficiez d’une participation, vous pourrez demander à la débloquer pour augmenter votre apport personnel.

Visez le nouveau prêt à taux zéro.

Il est fait pour vous : ce prêt est exclusivement destiné aux primo-accédants (il faut ne pas avoir été propriétaire de sa résidence principale, au moins dans les deux ans précédant la demande). Et ses conditions d’obtention viennent d’être assouplies : en 2016, il devient plus facile de l’obtenir, puisque les plafonds de ressources ont été élargis. Etablis en fonction du nombre de personnes qui occuperont le logement et de la zone géographique, il passe désormais de 37 000 à 76 800 euros par an (revenus fiscaux de référence, établis au titre de l’année n-2, pour l’ensemble des personnes destinés à habiter dans le logement : pour un couple, marié ou pas, les deux revenus sont donc pris en compte.) A noter également, vos ressources annelles ne doivent pas dépasser 10% du coût global de l’acquisition.

– Il peut financer l’acquisition ou la construction d’un logement neuf; mais désormais, il peut aussi servir à réhabiliter un logement ancien, à condition que les travaux représentent au moins 25% du coût total de l’opération et qu’ils soient réalisés dans le délai de trois ans après l’émission de l’offre de prêt.

– Il ne vous coûte rien : comme son nom l’indique, le PTZ (prêt à taux zéro) ne génère aucun intérêt à payer; c’est un financement aidé par l’État, qui peut couvrir jusqu’à 40% du montant de votre achat. Sa durée sera fixée en fonction du montant total de vos ressources.

Et le prêt à l’accession sociale (PAS).

– Les conditions de ressources du PAS sont alignées sur celles du prêt à taux zéro, et vous pouvez cumuler les deux; toute banque ou établissement financier ayant passé une convention avec l’Etat peut vous accorder le PAS, pour financer la construction ou l’achat d’un logement, neuf ou ancien. – Les taux d’intérêt sont intéressants, sur une longue durée (20 ans ou plus), les frais de cautionnement sont réduits et il peut financer la totalité de l’opération; surtout, il ouvre le droit à l’APL (Allocation pour le logement) qui permettra de réduire vos mensualités.

 A lire aussi
Tout ce qu’il faut savoir pour réussir son prêt immobilier