Bords de Seine à Asnières : faut-il investir ?

23/01/2018 Actualité

Voilà une bonne dizaine d’années que la commune d’Asnières-sur-Seine, située au nord du département des Hauts-de-Seine, promet d’aménager les bords du fleuve. Plusieurs projets ne vont pas tarder à sortir de terre et la ligne 15 du Grand Paris Express doit desservir le quartier. Pourtant, l’engouement se fait attendre. 

Trente hectares au bord de la Seine. Entre Gennevilliers, Clichy, Courbevoie et Bois-Colombes, la commune d’Asnières-sur-Seine travaille depuis dix à l’aménagement de ce vaste quartier. Après de nombreux recours et la construction de quelques biens, équipements publics, dont des écoles, commerces et logements neufs s’annoncent, les premiers dès 2019, les suivants pour 2020. En 2022, ces anciens terrains industriels accueilleront surtout une nouvelle gare, celle des Grésillons, dans le cadre du Grand Paris Express. La future ligne 15 viendra alors  rapprocher encore cette ville du nord des Hauts-de-Seine du reste de l’Ile-de-France, sachant que le RER C s’arrête déjà dans ce quartier.

Une ville prisée pour ses maisons

En dépit de ces nombreux atours, l’engouement semble se faire quelque peu attendre à Asnières-sur-Seine. Est-ce en raison de la proximité de Gennevilliers au nord ? Ou parce que le projet dans son ensemble met trop de temps à sortir de terre ? La réponse n’est pas aisée. Mais les promoteurs immobiliers semblent tout de même parier sur ces bords de Seine. Un collège s’annonce également, ainsi qu’un hôtel, des équipements sportifs, des bureaux ou une crèche. Bref, de quoi plaire aux familles désireuses de quitter Paris sans pour autant trop s’en éloigner. Pour l’heure, les jeunes couples considèrent davantage la commune pour ses belles maisons encore abordables, avec un prix moyen autour de 6000 euros le mètre carré. Mais l’offre de maisons a ses limites et la hausse récente de l’immobilier francilien n’épargne pas Asnières. Il y a donc fort à croire que les nouveaux bâtiments neufs vont prochainement susciter, à leur tour, une vraie demande. De là à dire qu’il est urgent d’investir sur ces trente hectares…