Chauffage : si vous passiez au bois ?

20/04/2017 Actualité

Les températures chutent, la facture de chauffage monte : elle représente 14% du budget global des Français… ce qui ne les empêche pas, à 75%, de déclarer avoir froid chez eux*! La solution pour faire baisser les coûts tout en se chauffant mieux, et de façon plus écologique ? Passer au bois !

La facture moyenne de chauffage des Français est salée : 1590 euros. Pour la faire baisser, rien de tel que le bois !

Le plus faible  coût au kWh

C’est en effet le mode de chauffage le plus économique, avec un prix du kWh à 4 centimes d’euros pour la bûche et 5,82 cts d’euros pour le granulé, contre 7,08 cts d’euros pour le fioul ou 15,55 cts d’euros pour l’électricité (estimations du Syndicat des Energies Renouvelables, novembre 2016). En 2016, environ 8 millions de ménages français utilisent cette énergie renouvelable, économique, performante et pérenne, utilisée essentiellement en complément : 80% des maisons individuelles utilisatrices de bois utilisent en mode principal de chauffage une autre énergie, selon une enquête du CEREN.

Une énergie de complément

Quel type d’appareil utiliser ?

En complément, comme c’est le cas pour la majorité des adeptes, un appareil indépendant suffit ; cheminée à foyer fermé ou insert, poêle ou même cuisinière à bois dans la cuisine, permettent de chauffer non seulement la pièce dans laquelle ils sont installés, par rayonnement, mais aussi le reste de la maison, si on met en œuvre certains dispositifs pouvant diffuser la chaleur produite dans d’autres pièces : distribution d’air chaud, poêles hydrauliques… Cela permet de prendre le relais de l’installation de chauffage principale (chaudière à gaz, fuel ou système de chauffage électrique). Si on souhaite, par contre, passer au total bois – cela est plus envisageable dans une maison individuelle qu’en appartement – on pourra choisir d’installer une véritable chaudière à bois dans une pièce de service de l’habitation (cave, garage).

Ce type de chaudière peut assurer à la fois le chauffage central de l’habitation et la production d’eau chaude sanitaire.

Des appareils toujours plus performants

La création du label Flamme Verte, initié par les industriels de la filière avec le concours de l’ADEME en 2000, a boosté les appareils de chauffage au bois : leurs  rendements énergétiques ont augmenté de 30 % en moins de 10 ans et les émissions de monoxyde de carbone (CO) et de particules fines ont largement diminué. Supérieures à 1 % avant 2000, les émissions de CO se situent aujourd’hui à un maximum de 0,3 % dans la classe Flamme Verte « 5 étoiles ». Estimées à 250 mg/Nm3 en 2008, les émissions de particules fines seront, au 1er janvier 2018, à un niveau maximum de 50 mg/Nm3 dans la classe Flamme Verte « 6 étoiles ». Avec les appareils actuels, le chauffage au bois est capable de réduire la pointe de puissance électrique de 5 à 10 GW en période de grand froid, et les émissions carbonées liées au chauffage de quelques 5,6 millions de tonnes de CO2.

 

Le saviez-vous ?

– Chaque année, 50 millions de stères de bois bûche et 1 million de tonnes de granulés sont consommées en France.

– Le chauffage domestique au bois est la 1ère source d’énergie renouvelable utilisée en France.

– Dans le cadre des objectifs nationaux que s’est fixé la France pour l’horizon 2020, 9 millions de ménages doivent être équipés d’un chauffage au bois.

– La France est le 1er marché européen des appareils de chauffage au bois devant la Norvège, l’Allemagne et l’Italie.

*Sondage Opinion Way pour Quelle Energie réalisé en octobre 2016 auprès d’un échantillon de 1029 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon les méthodes des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence.

A lire aussi
Efficacité énergétique : les travaux d’isolation rendus obligatoires